Les Légendes du Café et du Thé

Les Légendes du Café et du Thé

Le café et le thé sont deux boissons mondialement connues et consommées par des millions de personnes tous les jours.
Etant moi-même une grande consommatrice, je me suis demandée comment ces produits avaient été découverts, comment on avait su par exemple qu'il fallait torréfier les graines de cet arbre pour obtenir un tel breuvage!

Et dans mes recherches, j'ai découvert un univers de légendes toutes plus intéressantes (et loufoques?) les unes que les autres.

Je vous fais donc un résumé de ce que j'ai pu découvrir.

J'avoue que certaines légendes donnent envie d'y croire tellement elles sont funs :D

Hésitez pas à mettre en commentaire vos préférées!

 

LE THÉ

L’histoire du thé est riche de légendes, qui savent nous intriguer et rendre cette boisson millénaire précieuse et mystérieuse.

Chaque pays, de la Chine au Japon, en passant par l’Inde, a de vieilles croyances ont su entretenir le mythe autour de ce breuvage magique.

Faisons un tour d'horizon sur celles connues:

En Chine

En 2737 Av. J.-C., l’empereur chinois Shennong ou Shen Nong (神農) était réputé pour être médecin, fin botaniste. On le surnommait le père de l’agriculture, ou le « divin moissonneur ».
empereur-chinois-Shennong
Afin de lutter contre différentes épidémies de l’époque, il demandait à ce que l’eau soit bouillie avant consommation.

Cet empereur, dans la tradition chinoise, aurait eu le ventre transparent, ce qui lui permettait de suivre les différentes actions des plantes sur son organisme.

Alors qu’il se reposait adossé à un arbre, assis à côté d’un chaudron rempli d’eau frémissante, des feuilles de théier portées par le vent seraient tombées à l’intérieur du chaudron.
L’eau se serait teintée rapidement, donnant une saveur inconnue et délicieuse à l'eau.
En observant son ventre transparent, l’empereur chinois Shennong s’aperçut de tous les agents bienfaiteurs contenus dans cette étrange plante.
On dit qu’il en fut si impressionné que le thé devint une denrée de base dans la culture chinoise.


En Inde

Au VI° siècle, le prince Bodhidharma, 3ème fils du roi Kosjuwo, eut un jour une révélation: il devait voyager en Chine afin de prêcher les préceptes du bouddhisme.

prince-Bodhidharma
Il fît alors le vœu de ne pas dormir durant son périple, soit 9 années.

À la fin de la 3ème année, épuisé et sur le point de s’endormir, il cueillit quelques feuilles d’un arbuste et les mâcha. Il sentit tout de suite les vertus tonifiantes, et récolta donc d’autres feuilles, les utilisant pour finir son voyage et rester éveillé durant les dernières années.
Il s’agissait d’un théier.

On dit aussi qu’à la fin de ses 9 ans de méditation, Bodhidharma arriva à un état de grâce où il se confondit avec l’univers, comprenant et ressentant l’absolu. A force de fixer un rocher, son image s’y grava.

La légende veut que ce soit le fondateur de tous les arts martiaux et du fameux temple Shaolin.


Au Japon

Elle est quelque peu différente de la version indienne.
Le prince Bodhidharma, épuisé, se serait endormit après 3 années de périple.
À son réveil, honteux de sa faiblesse et en colère contre lui-même, il se coupa les paupières et les jeta violemment à terre.

Le prince sans ses paupières
Quelques années plus tard, il revint et s’aperçu qu’un arbuste qu’il ne connaissait pas avait poussé à l’endroit exact où il avait jeté ses paupières.
Intrigué, il en goûta les feuilles et se rendit compte qu’elles avaient les propriétés de rester éveillé.
C’était un théier.
Il en parla à son entourage et on prit l’habitude de cultiver le thé aux endroit où le Prince passait.
La philosophie de Bodhidharma deviendra au XIème siècle la philosophie zen au Japon.


Point de vue scientifique

La science et les légendes sur l’origine du thé s’accordent quant à sa localisation, mais ont des avis divergents concernant sa naissance dans le temps.
Selon les spécialistes, l’origine du thé se situe dans un espace relativement vaste comprenant la région d’Assam (au Nord de l’Inde), le nord de la Birmanie, du Laos, du Vietnam et du Yunnan (au Sud-Ouest de la Chine).
C’est au Yunnan que l’on trouve le théier le plus vieux cultivé par l’homme, datant de plus de 3000 ans.
Toutefois, de récentes études archéologiques, ont mis à jour l’existence de théiers cultivés il y a 6000 ans en Chine dans le Zhejiang.
Les premières traces écrites remontent à 200 ans avant J.-C.. Le thé y est alors décrit comme une plante médicinale.
L’art du thé et de l’infusion remonterait au VIIIème siècle, avec différentes méthodes de production, de transformation et de dégustation.



Source: Le livre "Le thé pour les nuls", disponible ici
Source texte: le livre “J’adore le thé”, disponible ici.






LE CAFÉ

Tout comme le thé, le café a inspiré bon nombre de légendes.
Voici les plus connues et répandues.


Le bâton originel

Un jour, un ermite d’Abyssinie (Éthiopie), très vieux et très pieux, finit par sombrer épuisé dans un profond sommeil, tellement occupé à prier, jeûner et faire pénitence.

À son réveil, il constata avec stupeur que le bâton sur lequel il était appuyé avait pris racine, et que des feuilles et des fruits rouges avaient poussés.

Ce fut la création du premier caféier.


Kaldi et ses chèvres

Sans doute la légende la plus connue et racontée.
Environ 850 ans avant notre ère, Kaldi était berger au Yemen. Kaldi et ses chèvres
Un jour, Kaldi, qui faisait paisiblement paître ses chèvres, douces et obéissantes, sur les terres d’un monastère au Yémen, les aperçut manger des baies rouges issues sur un arbuste sombre.

Quelques minutes plus tard, les chèvres sautaient partout et semblaient bien plus vives que d’habitude.

Intrigué, le berger s’en alla au monastère et raconta son aventure aux moines, qui décidèrent immédiatement de préparer une infusion.

Ils constatèrent qu’ils pouvaient prier bien plus longtemps sans ressentir les effets de la fatigue.

Quelque temps après, l’un d’entre eux revint de la récolte un jour de pluie. Il mit donc une branche à sécher sur le feu, et l’oublia.

En revenant trouver sa branche, il apprécia avec délectation l’odeur qui s’échappait des graines grillées.

Il les réduisit donc en poudre avant de les faire infuser : ce fut, selon la légende, le tout premier café torréfié.


Un incendie révélateur

Un jour, un feu de forêt en Abyssinie (Éthiopie) toucha de nombreux caféiers.

Ils dégagèrent alors une odeur si bonne que les habitants, dès le feu éteint, allèrent en récupérer les grains.

Ils les pilèrent puis les infusèrent dans de l’eau et découvrirent ainsi le goût si particulier ainsi que les vertus du café.


Omar et l’oiseau

Un jour, un homme nommé Omar, expulsé de la ville de Moka au Yémen, se retrouva à errer dans le désert.

À bout de force, il aperçut soudain un oiseau très agité sur un arbuste en train d’en manger ses fruits, qui s’envola à son approche.Omar et l'oiseau

Omar décida alors de se préparer une boisson avec les fruits de cet arbre, la bu et se sentit soudain beaucoup mieux.

Plus tard, il rencontra un pèlerin qui se rendait à Moka, avec lequel il partagea sa découverte, et ce dernier, aussitôt arrivé dans la ville, célébra les louanges de l’homme ingénieux.
La population le ramena alors au village et le porta en triomphe.


Mahomet et Gabriel

Un jour, le prophète Mahomet, très malade, eut une apparition de l’ange Gabriel envoyé par Allah.

Pour l’aider à se rétablir, l’ange offrit à Mahomet un breuvage noir qui lui redonna immédiatement toute son énergie : le café.Gabriel et Mahomet

Dans l’heure qui suivit, on raconte que Mahomet triompha de 40 cavaliers, et honora 40 femmes.

Il appela cette boisson « Quava » (prononcer kawa), mot toujours utilisé au Moyen-Orient pour désigner toute boisson provenant d’une plante ou d’un fruit.


Point de vue scientifique

Les spécialistes s’accordent sur le pays d’origine du café.
C’est en Ethiopie, dans la région de Kaffa, que les premiers caféiers furent cultivés et que le café commença à être consommé.

Ali Ben Omar Al-Shadili, considéré comme le patron des cultivateurs et consommateurs de café, semble être à l’origine de l’exportation du café.
On lui attribue au XVème siècle la construction d’un petit port qui appartiendra ensuite à la future ville de Moka.
Le port de Moka conservera pendant longtemps le monopole du commerce de café, en particulier les livraisons à destination de l’Europe.



Source : Le livre "L'Histoire du Café", disponible ici.



Retrouvez notre collection de livre ici

CaféThé